• Nom scientifique : Anas superciliosa (Gmelin, 1789)
  • Noms polynésiens : Mo’ora, mo’ora oviri, mo’ore (Société, Australes), mokora (Tuamotu, Rapa), mo’ora (Rurutu), mo’ora (Tubuai), mo’ora taetaevao (Rimatara)
  • OrdreAnseriformes
  • FamilleAnatidae
  • Catégorie : Oiseaux terrestres à large distribution
  • Distribution : Société, Australes, Palau, Nouvelle-Guinée, Iles Salomon, Iles Fidji
  • Status :
    UICN France : Vulnérable
    DIREN : Catégorie A sur la liste des espèces protégées par la réglementation territoriale de Polynésie française.

Aspect et identification

55 cm. Mâle et femelle d’apparence identique. Canard aux plumes marron liserées de beige ou de blanc. La tête est plus claire avec une calotte sombre bien marquée et des yeux cernés de noir. La longue tache pâle qui surmonte l’œil évoque un sourcil; elle est sans doute à l’origine du nom commun de l’espèce. Le miroir alaire est d’un beau vert émeraude.

Vidéos

Voix

Caractéristiques

Archipels de la Société et des Australes. Présent aussi à Palau, en Nouvelle-Guinée, aux Iles Fidji et Salomon.

Le nid est construit à même le sol, à la fourche d’un arbre ou dans une cavité naturelle. Il est composé de fragments végétaux et de plumes. La ponte est constituée de 6 à 9 œufs couleur chamois clair et d’une taille de 53 x 38 mm. La reproduction a été étudiée en Nouvelle-Zélande sur une autre sous-espèce. Les œufs sont incubés par la femelle pendant 27-28 jours. En Nouvelle-Zélande, la reproduction a lieu d’août à décembre et même dès le mois de juin dans la partie Nord de ce pays. En Polynésie française, des nids en activité ont été observés d’avril à juillet.

Lacs, mares, marais, lagunes, bords de rivières, tarodières. Ils sont grégaires et vivent en couple au sein de groupes forts parfois de 100 individus.

Les femelles émettent un « quack » et les mâles de doux « guab-guab ».

Ils se nourrissent de graines et autres matériaux végétaux mais aussi d’insectes, d’escargots et de vers de terre trouvés sur les vasières et les prairies humides.

Distribution

Archipels de la Société et des Australes. Présent aussi à Palau, en Nouvelle-Guinée, aux Iles Fidji et Salomon.

Reproduction

Le nid est construit à même le sol, à la fourche d’un arbre ou dans une cavité naturelle. Il est composé de fragments végétaux et de plumes. La ponte est constituée de 6 à 9 œufs couleur chamois clair et d’une taille de 53 x 38 mm. La reproduction a été étudiée en Nouvelle-Zélande sur une autre sous-espèce. Les œufs sont incubés par la femelle pendant 27-28 jours. En Nouvelle-Zélande, la reproduction a lieu d’août à décembre et même dès le mois de juin dans la partie Nord de ce pays. En Polynésie française, des nids en activité ont été observés d’avril à juillet.

Habitat

Lacs, mares, marais, lagunes, bords de rivières, tarodières. Ils sont grégaires et vivent en couple au sein de groupes forts parfois de 100 individus.

Voix

Les femelles émettent un « quack » et les mâles de doux « guab-guab ».

Alimentation

Ils se nourrissent de graines et autres matériaux végétaux mais aussi d’insectes, d’escargots et de vers de terre trouvés sur les vasières et les prairies humides.

Statut et protection

L’espèce est inscrite en catégorie A sur la liste des espèces protégées par la réglementation territoriale de Polynésie française.
Elle est de plus en plus rare aux Iles de la Société mais reste bien distribuée ailleurs. L’espèce est classée « préoccupation mineure » (LC) sur la liste rouge de l’UICN mais “Vulnérable” (VU) sur la liste rouge 2015 de l’UICN France et Polynésie française.

https://inpn.mnhn.fr/espece/cd_nom/441640/tab/statut

Texte original de Caroline BLANVILLAIN – Compléments et mise à jour par divers membres de la SOP Manu.