• Nom scientifique : Vini ultramarina
  • Noms polynésiens : Pihiti (Ua Pou, Nuku Hiva), pihitikua (Nuku Hiva)
  • OrdrePsittaciformes
  • FamillePsittacidae
  • Catégorie : Oiseaux terrestres endémiques
  • Distribution : Marquises : Ua Huka
  • Status :
    UICN International
    : En Danger critique d’extinction
    DIREN : Catégorie A sur la liste des espèces protégées par la réglementation territoriale de Polynésie française.

Aspect et identification

18 cm. Mâle et femelle d’apparence identique. Le bec et les pattes sont orange vif chez l’adulte. La tête est bleu turquoise sur le front, bleu de Prusse sur la calotte. Les joues et la gorge sont bleues mouchetées de blanc. Les ailes et le dos présentent différentes tonalités de bleu turquoise. La poitrine est bleu de Prusse, le ventre est blanc vers l’avant puis bleu sombre. La queue est bleu turquoise et se termine dans les tons blancs. Les juvéniles présentent des reflets marron sur la tête et le corps, puis leur plumage s’éclaircit progressivement.

Vidéos

Voix

Caractéristiques

Îles Marquises. Présente au siècle dernier sur les îles de Nuku Hiva, Ua Pou, Tahuata, et Hiva Oa, l’espèce est éteinte sur ces quatre îles. L’espèce aurait été introduite à Ua Huka qui contient aujourd’hui la dernière population ‘viable’ avec une estimation de 1000 couples. Une translocation d’une trentaine d’individus a été effectuée sur Fatu Hiva dans les années quatre-vingt dix par le Zoo de San Diego. L’arrivée du rat noir sur cette île à la même époque a condamné cette opération et l’espèce est désormais également éteinte sur cette île.

Niche dans une cavité d’arbre (Pandanus, Cocotier ; Arbre à pain, Artocarpus altilis ; aoa, Ficus sp.). Oeufs blancs de 22 x 18 mm, pondus au moins entre septembre et janvier ou des nids ont été trouvés.

Toutes zones boisées, jardins et forêts des vallées jusqu’à 1000 m d’altitude.

Sifflements sonores, longs et aigus « piii, piii, piii… ». Ils sont émis fréquemment, en vol ou une fois l’oiseau perché. Deux ou plusieurs oiseaux restent ainsi en contact vocal permanent.

Nectar et pollen de fleurs (Bananier, Musa sp. ; Pacayer, Inga edulis ; Cocotier, Cocos nucifera ; hau, Hibiscus tiliaceus ; fruits (du Manguier Mangifera indica; Goyavier Psidium guajava ; tava, Pometia pinnata ; mape, Inocarpus fagifer…) ; graines du Tamarinier (Tamarindus indica), aito (Casuarina equisetifolia), Caféier (Coffea arabica) ; bourgeons de maii (Terminalia catappa), de Cocotiers, tava, miro (Thespesia populnea) ; insectes.

Distribution

Îles Marquises. Présente au siècle dernier sur les îles de Nuku Hiva, Ua Pou, Tahuata, et Hiva Oa, l’espèce est éteinte sur ces quatre îles. L’espèce aurait été introduite à Ua Huka qui contient aujourd’hui la dernière population ‘viable’ avec une estimation de 1000 couples. Une translocation d’une trentaine d’individus a été effectuée sur Fatu Hiva dans les années quatre-vingt dix par le Zoo de San Diego. L’arrivée du rat noir sur cette île à la même époque a condamné cette opération et l’espèce est désormais également éteinte sur cette île.

Reproduction

Niche dans une cavité d’arbre (Pandanus, Cocotier ; Arbre à pain, Artocarpus altilis ; aoa, Ficus sp.). Oeufs blancs de 22 x 18 mm, pondus au moins entre septembre et janvier ou des nids ont été trouvés.

Habitat

Toutes zones boisées, jardins et forêts des vallées jusqu’à 1000 m d’altitude.

Voix

Sifflements sonores, longs et aigus « piii, piii, piii… ». Ils sont émis fréquemment, en vol ou une fois l’oiseau perché. Deux ou plusieurs oiseaux restent ainsi en contact vocal permanent.

Alimentation

Nectar et pollen de fleurs (Bananier, Musa sp. ; Pacayer, Inga edulis ; Cocotier, Cocos nucifera ; hau, Hibiscus tiliaceus ; fruits (du Manguier Mangifera indica; Goyavier Psidium guajava ; tava, Pometia pinnata ; mape, Inocarpus fagifer…) ; graines du Tamarinier (Tamarindus indica), aito (Casuarina equisetifolia), Caféier (Coffea arabica) ; bourgeons de maii (Terminalia catappa), de Cocotiers, tava, miro (Thespesia populnea) ; insectes.

Statut et protection

L’espèce est en danger d’extinction. Elle est éteinte désormais dans 5 îles colonisées par le rat noir. Ce dernier semble ainsi représenter la principale menace qui pèse sur la dernière population viable de Ua Huka, encore indemne de ce type de rat. L’introduction d’une pathologie aviaire par une volaille d’élevage, un Pigeon biset (Columba livia), un Martin triste (Acridotheres tristis) ou tout autre oiseau introduit apparaît également comme un danger potentiel important à considérer.
L’espèce est inscrite en catégorie A, sur la liste des espèces protégées par la réglementation territoriale de Polynésie française.
Elle est classée « En danger critique d’extinction » (CR) sur la liste rouge de l’UICN.
C’est la seule espèce de Polynésie française inscrite en Annexe I de la Convention de Washington.

Texte original de Caroline BLANVILLAIN – Compléments et mise à jour par divers membres de la SOP Manu.