• Nom scientifique : Todiramphus godeffroyi (Finsch, 1877)
  • Noms polynésiens : Pahi (Tahuata et Hiva Oa)
  • Ordre : Coraciiformes
  • Famille : Alcedinidae
  • Catégorie : Oiseaux terrestres endémiques
  • Distribution : Marquises (Hiva Oa et Tahuata)
  • Status :
    UICN International
    : En Danger critique d’extinction
    DIREN : Catégorie A sur la liste des espèces protégées par la réglementation territoriale de Polynésie française.

Aspect et identification

17 cm. Mâle et femelle d’apparence identique. Bleu brillant sur les ailes et la queue, blanc sur le dessous du corps. La tête est blanche à l’exception d’une bande grise qui part du bec et traverse l’œil jusqu’à la nuque. Un triangle roux marque le centre du dos.

Vidéos

Voix

Caractéristiques

Îles de Hiva Oa et de Tahuata, On le pense éteint à Hiva Oa.

Il creuse son nid dans des troncs d’arbres tels que le fara (Pandanus tectorius), Manguier (Mangifera indica) et Arbre à pain ou mei (Artocarpus altilis) et se reproduirait surtout lors de l’été austral (d’octobre à janvier). Il semble utiliser le même arbre pour nicher plusieurs années consécutives.

Forêts humides des fonds de vallées, de basses et moyennes altitudes; cocoteraies, pentes couvertes d’aito (Casuarina equisetifolia).

Cris territoriaux brefs et forts à 4-5 tonalités différentes, qu’il chante pour défendre un territoire forestier vaste de quelques hectares. Les chants de ces oiseaux varient d’une vallée à l’autre ! Les deux sexes poussent des cris d’alarme bruyants et sonores « tchip-tchip-tchip-tchip… » en cas de danger ou de forte excitation.

Surtout des insectes, des lézards.

Distribution

Îles de Hiva Oa et de Tahuata, On le pense éteint à Hiva Oa.

Reproduction

Il creuse son nid dans des troncs d’arbres tels que le fara (Pandanus tectorius), Manguier (Mangifera indica) et Arbre à pain ou mei (Artocarpus altilis) et se reproduirait surtout lors de l’été austral (d’octobre à janvier). Il semble utiliser le même arbre pour nicher plusieurs années consécutives.

Habitat

Forêts humides des fonds de vallées, de basses et moyennes altitudes; cocoteraies, pentes couvertes d’aito (Casuarina equisetifolia).

Voix

Cris territoriaux brefs et forts à 4-5 tonalités différentes, qu’il chante pour défendre un territoire forestier vaste de quelques hectares. Les chants de ces oiseaux varient d’une vallée à l’autre ! Les deux sexes poussent des cris d’alarme bruyants et sonores « tchip-tchip-tchip-tchip… » en cas de danger ou de forte excitation.

Alimentation

Surtout des insectes, des lézards.

Statut et protection

L’espèce est en danger d’extinction. Les introductions du Martin triste (Acridotheres tristis) et du Grand-duc d’Amérique (Bubo virginianus) semblent être à l’origine de sa raréfaction sur Hiva Oa. En 1971-75, ils étaient 50 à Hiva Oa, 400 ± 100 à Tahuata. En 2001, nous avons pu constater que l’espèce était presque éteinte ou éteinte à Hiva Oa où tous la disaient disparue sauf un chasseur qui disait l’avoir rencontré encore récemment. En revanche, elle est encore présente sur Tahuata où ses effectifs étaient estimés autour de 355 oiseaux en 2011 mais plus que 261 individus en 2017.

L’espèce est inscrite en catégorie A, sur la liste des espèces protégées par la réglementation territoriale de Polynésie française.
Elle est classée « En danger critique d’extinction » (CR) sur la liste rouge de l’UICN.

Texte original de Caroline BLANVILLAIN – Compléments et mise à jour par divers membres de la SOP Manu.