• Nom scientifique : Pomarea iphis  Murphy & Mathews, 1928
  • Noms polynésiens : Pati’oti’o (adulte, Ua Huka) ; Kotiotio (jeune, Ua Huka)
  • Ordre : Passeriformes
  • Famille : Monarchidae
  • Catégorie : Oiseaux terrestres endémiques
  • Status :
    UICN International
    : En Danger critique d’extinction
    DIREN : Catégorie A sur la liste des espèces protégées par la réglementation territoriale de Polynésie française.

Aspect et identification

17 cm. Les mâles les plus âgés peuvent être entièrement noirs. En règle générale ils sont ‘pies’, c’est à dire blanc et noir. L’avant du corps est noir et l’arrière est tacheté de blanc sur le croupion, sous la queue, le ventre et sous les ailes. Les mâles les plus jeunes sont blanc crème et leur plumage noircit progressivement en commençant par la tête, puis des taches noires apparaissent sur la poitrine.
Les femelles sont marron gris dessus, crème dessous, avec une tête parfois plus foncée.
Les pattes et le bec des adultes sont marron noir.

Vidéos

Voix

Caractéristiques

Autrefois présente sur Ua Huka et Eiao, l’espèce est éteinte à Eiao où le rat noir a été introduit depuis longtemps.

Le nid est construit entre 3 et 15 m du sol. Un à deux jeunes très bruyants sont produits par nichée. De nombreux jeunes tout juste envolés étaient présents en mai à Ua Huka plusieurs années successives. La reproduction continuerait jusqu’en novembre, ce qui reste à confirmer.

Cocoteraies et régions boisées de 0 à 700 m d’altitude.

Alarme parfois les visiteurs qui traversent son territoire « pi, pi-un, pi, pi-un, pi, pi-un », émet également deux notes métalliques successives, une qui descend et une qui monte « tui-ti, tui-ti… » ou « trii-i, trii-i » répétées 4-5 fois de suite qui correspondent à son cri territorial. On distingue également un « pi-euh, pi-euh, pi-euh…pi-euh, pi-euh », moins fort que le cri d’alarme.

Insectivore.

Distribution

Autrefois présente sur Ua Huka et Eiao, l’espèce est éteinte à Eiao où le rat noir a été introduit depuis longtemps.

Reproduction

Le nid est construit entre 3 et 15 m du sol. Un à deux jeunes très bruyants sont produits par nichée. De nombreux jeunes tout juste envolés étaient présents en mai à Ua Huka plusieurs années successives. La reproduction continuerait jusqu’en novembre, ce qui reste à confirmer.

Habitat

Cocoteraies et régions boisées de 0 à 700 m d’altitude.

Voix

Alarme parfois les visiteurs qui traversent son territoire « pi, pi-un, pi, pi-un, pi, pi-un », émet également deux notes métalliques successives, une qui descend et une qui monte « tui-ti, tui-ti… » ou « trii-i, trii-i » répétées 4-5 fois de suite qui correspondent à son cri territorial. On distingue également un « pi-euh, pi-euh, pi-euh…pi-euh, pi-euh », moins fort que le cri d’alarme.

Alimentation

Insectivore.

Statut et protection

L’espèce est vulnérable à l’extinction. Elle survit uniquement sur l’île de Ua Huka où l’introduction du rat noir aurait pour conséquence son extinction progressive mais irrémédiable. C’est une menace très sérieuse à prendre en considération car Ua Huka est la dernière île habitée des Marquises à ne pas être colonisée par ce rongeur. Or le développement des transports sans mesures préventives propre à notre époque accentue ce risque jour après jour. C’est fort regrettable car Ua Huka possède également la dernière population viable de lori des Marquises, Vini ultramarina, espèce pareillement incapable de survivre sur une île où le rat noir s’est établi.

L’espèce est inscrite en catégorie A, sur la liste des espèces protégées par la réglementation territoriale de Polynésie française.
Elle est classée “En danger” (EN) sur la liste rouge UICN 2015 France et Polynésie française mais « En danger critique d’extinction » (CR) sur la liste rouge de l’UICN.

Texte original de Caroline BLANVILLAIN – Compléments et mise à jour par divers membres de la SOP Manu.