• Noms scientifiques : Ptilinopus purpuratus (Gmelin, 1789) – Ptilope des Iles du Vent / Ptilinopus chrysogaster Gray, 1853 – Ptilope des Iles Sous-le-Vent
  • Noms polynésiens : U’upa (Société)
  • Ordre : Columbiformes
  • Famille : Columbidae
  • Catégorie : Oiseaux terrestres endémiques
  • Distribution : Société : îles hautes uniquement
  • Status :
    DIREN : Catégorie A sur la liste des espèces protégées par la réglementation territoriale de Polynésie française.

Aspect et identification

20 cm. Mâle et femelle d’apparence identique. La tête, la gorge et la poitrine sont gris-clair tirant sur le vert pâle. La calotte est rose clair et peu marquée. Le dos, les ailes et la queue sont vert-foncé. Les sous-caudales sont jaune vif. Le bec est jaune et les pattes sont bordeaux.

Vidéos

Aucune données disponible

Voix

Caractéristiques

Toutes les îles hautes de la Société à l’exception des atolls (Tetiaroa, Bellingshausen, Scilly) et peut-être de Maiao et Mehetia où sa présence n’a jamais encore été signalée.

Toute l’année. Un seul jeune. Les nids sont de simples plate-formes de branchettes entremêlées. L’œuf mesure 32 x 21 mm.

Régions boisées jusqu’à 1000 mètres d’altitude. Parfois près des habitations. Il ne fréquente ni les cocoteraies ni les îlots lagonaires.

Le chant est un lent roucoulement qui s’accélère.

Fruits charnus de 2 à 17 mm de diamètre du tuava (Goyavier Psidium guajava), ora (Banian Ficus prolixa), motoi (Ylang Ylang Cananga odorata), taratara moa (Lantana Lantana camara), ieie (Pandanacée Freycinetia impavida). Parfois petits insectes et jeunes feuilles.

Distribution

Toutes les îles hautes de la Société à l’exception des atolls (Tetiaroa, Bellingshausen, Scilly) et peut-être de Maiao et Mehetia où sa présence n’a jamais encore été signalée.

Reproduction

Toute l’année. Un seul jeune. Les nids sont de simples plate-formes de branchettes entremêlées. L’œuf mesure 32 x 21 mm.

Habitat

Régions boisées jusqu’à 1000 mètres d’altitude. Parfois près des habitations. Il ne fréquente ni les cocoteraies ni les îlots lagonaires.

Voix

Le chant est un lent roucoulement qui s’accélère.

Alimentation

Fruits charnus de 2 à 17 mm de diamètre du tuava (Goyavier Psidium guajava), ora (Banian Ficus prolixa), motoi (Ylang Ylang Cananga odorata), taratara moa (Lantana Lantana camara), ieie (Pandanacée Freycinetia impavida). Parfois petits insectes et jeunes feuilles.

Statut et protection

Reste abondant dans certaines îles mais moins que par le passé, peut-être à cause de l’introduction du Busard de Gould (Circus approximans). Les petits rats polynésiens, les rats noirs et les chats ont sans doute eux aussi un rôle à jouer dans cette raréfaction, de même que la destruction progressive des forêts où il niche et se nourrit.

Le Ptilope de la Société est inscrit en catégorie A, sur la liste des espèces protégées par la réglementation territoriale de Polynésie française.
L’espèce Ptilinopus purpuratus est classée « Préoccupation mineure » (LC) sur la liste rouge de l’UICN.
L’espèce Ptilinopus chrysogaster est classée « En Danger » (EN) sur la liste rouge de l’UICN.

Texte original de Caroline BLANVILLAIN – Compléments et mise à jour par divers membres de la SOP Manu.