• Noms scientifiques : Ptilinopus coralensis Peale, 1848
  • Noms polynésiens : O’o (Tuamotu), kuku (Mangareva)
  • Ordre : Columbiformes
  • Famille : Columbidae
  • Catégorie : Oiseaux terrestres endémiques
  • Distribution : Tuamotu
  • Status :
    UICN International :
    Quasi menacé
    DIREN : Catégorie A sur la liste des espèces protégées par la réglementation territoriale de Polynésie française.

Aspect et identification

20 cm. Mâle et femelle d’apparence identique. Tête, gorge et poitrine gris blanc à vert pâle, ventre jaune. La calotte est rose vif. Le dos, les ailes et la queue sont verts parsemés de quelques taches bleu-vert. Les grandes plumes de la queue et des ailes sont bleu vert liserées de jaune. Le bec est jaune orangé et les pattes sont rouge bordeaux.

Vidéos

Voix

Caractéristiques

Espèce présente dans de nombreux atolls des Tuamotu.

Nids formés de branchettes entrelacées, construits dans les arbres ou les buissons. La ponte est composée d’un seul œuf blanc de 32-35 x 21-22 mm. Cette espèce se reproduit probablement toute l’année mais moins fréquemment pendant l’hiver austral.

Forêts d’atoll constituées de puatea (Pisonia grandis), tafano (Guettarda speciosa), tahinu (Tournefortia argentea) et les cocoteraies en friche. L’espèce apprécie également les bordures océaniques riches en naupata (Scaevola sericea) et en arbustes Timonius polygamus.

Le chant est un lent roucoulement qui s’accélère, identique à celui du Ptilope de la Société (Ptilinopus purpuratus).

Fruits charnus de toutes strates (Timonius polygamus, Tournefortia argentea, Morinda citrifolia), feuilles de tafano, insectes.

Distribution

Espèce présente dans de nombreux atolls des Tuamotu.

Reproduction

Nids formés de branchettes entrelacées, construits dans les arbres ou les buissons. La ponte est composée d’un seul œuf blanc de 32-35 x 21-22 mm. Cette espèce se reproduit probablement toute l’année mais moins fréquemment pendant l’hiver austral.

Habitat

Forêts d’atoll constituées de puatea (Pisonia grandis), tafano (Guettarda speciosa), tahinu (Tournefortia argentea) et les cocoteraies en friche. L’espèce apprécie également les bordures océaniques riches en naupata (Scaevola sericea) et en arbustes Timonius polygamus.

Voix

Le chant est un lent roucoulement qui s’accélère, identique à celui du Ptilope de la Société (Ptilinopus purpuratus).

Alimentation

Fruits charnus de toutes strates (Timonius polygamus, Tournefortia argentea, Morinda citrifolia), feuilles de tafano, insectes.

Statut et protection

Si le Ptilope des Tuamotu n’est pas encore menacé, il est indéniablement en voie de raréfaction. L’introduction, volontaire ou involontaire, de prédateurs tels que les chats ou les rats dans les atolls, associée à la disparition progressive de son habitat traditionnel au profit des cocoteraies, en sont les raisons essentielles.

Le Ptilope des Tuamotu est inscrit en catégorie A, sur la liste des espèces protégées par la réglementation territoriale de Polynésie française.
L’espèce est classée « Quasi menacée » (NT) sur la liste rouge de l’UICN.

Texte original de Caroline BLANVILLAIN – Compléments et mise à jour par divers membres de la SOP Manu.